Chromatisme

En théorie musicale, le concept de chromatisme ou gamme chromatique représente une échelle musicale composée de douze degrés successifs. Cette suite de notes s’avère d’ailleurs espacée d’un demi-ton. Par rapport à l’échelle diatonique, la gamme chromatique est constituée de sept degrés plus cinq notes intermédiaires, obtenues par altérations (dièse, bémol, bécarre, double bémol). Ces dernières sont des symboles musicaux qui servent notamment à modifier un ou deux demi-tons chromatiques de la hauteur de chaque note de musique. Entre autres, le chromatisme évolue par l’intervalle entre deux touches blanches sans qu’elles soient séparées par une touche noire et s’oppose en cela au diatonisme.  

Dans la pratique, l’ensemble des touches blanches et noires du piano forme une gamme chromatique. Pour jouer cette dernière sur l’instrument, il faut utiliser successivement toutes les couleurs des touches. En solfège, la connaissance des intervalles constitue un tout indissociable à l’apprentissage des gammes de référence, à savoir celles mineures, majeures, harmoniques et mélodiques. Certaines de ces notes sont extrêmement utilisées et constituent la quasi-totalité des musiques actuelles.   

Notez que la gamme mineure harmonique diffère de celle mineure mélodique par l’augmentation d’un demi-ton du septième degré. En effet, la gamme mineure mélodique contient une tierce mineure. Pour débuter au piano, le musicien va répéter au clavier les notes de la gamme jouées à la main gauche et au fur et à mesure harmoniser de la main droite les tonalités (ensemble de sons respectant un ordre précis) du morceau. 

Sur une partition de musique, les noms des notes de la gamme de Do majeur sont : Do-Ré-Mi-Fa-Sol-La-Si-Do. Pour jouer la gamme Sol mineur, le pianiste devra par ailleurs jouer les notes : Sol-La-Si-Do-Ré-Mi-Fa. Afin de faire du mineur une tonalité donnée (une tonalité correspondant au mode mineur dans une œuvre), il suffit de respecter les écarts de tons entre degrés en partant de la tonique.

X