Quarte

En solfège, les intervalles sont les plus petits fragments d’un morceau. Ils viennent se compiler les uns sur les autres de manière verticale, afin de construire les accords, ou de façon horizontale, pour former les mélodies. Apprendre à les reconnaître s’avère très important pour tous ceux qui souhaitent jouer du piano. Il s’agit en effet de l’un des premiers pas vers la compréhension de la musique. D’ailleurs, les intervalles peuvent aussi aider dans la lecture de partition.

Concrètement, un intervalle désigne une distance entre deux notes de la gamme lorsque vous les jouez successivement (intervalle mélodique) ou simultanément (intervalle harmonique) sur votre piano. Suivant le nombre de tons et des demi-tons séparant ces deux notes, l’intervalle se décline en différentes catégories, dont l’unisson, la seconde, la tierce, la quarte, la quinte, la sixte, la septième et l’octave.

Par ailleurs, il existe cinq qualifications différentes d’intervalles, à savoir diminué, augmenté, juste, majeur ou mineur. La seconde peut être mineure ou majeure. Vous pouvez aussi trouver une tierce majeure ou une tierce mineure. De même, les sixtes et les septièmes sont soit majeures, soit mineures. En revanche, l’unisson, la quarte, la quinte et l’octave ne peuvent pas être majeures ou mineures. Elles sont dites « justes ».

La quarte juste est un intervalle composé de 5 demi-tons, soit deux tons et un demi-ton. Son reversement (déplacement de l’une des deux notes soit au-dessous, soit au-dessus de sa position initiale) est la quinte juste.

À noter que les quartes ne sont pas nécessairement égales entre elles selon l’altération (bémol ou dièse) rajoutée à une de leurs notes. Une quarte est alors diminuée lorsqu’elle se compose d’un ton et de deux demi-tons diatoniques, soit 2 tons. Par contre, elle est augmentée lorsqu’elle comporte deux tons, un demi-ton chromatique et un demi-ton diatonique, soit l’équivalent de 3 tons (triton).

X