Fioriture

Apprendre à jouer du piano permet d’aiguiser la motricité fine, travailler l’oreille musicale, améliorer la dextérité et la coordination main-œil. Toutefois, avant de pouvoir interpréter les partitions d’une des mélodies des brillants compositeurs, comme Chopin ou Beethoven, il faut suivre des cours de piano. En ce sens, le pianiste au stade débutant doit connaître le solfège pour réussir le déchiffrage d’une partition. Contrairement au violon, s’écrivant principalement en clé de sol, le piano a besoin de 2 clés et 2 portées différentes. En principe, la portée supérieure en clé de sol est jouée à la main droite et celle inférieure en clé de fa à la main gauche.

De ce fait, pour jouer du piano, il convient de bien lire les notes qui donnent des indications sur la façon d’interpréter un morceau. Il est donc essentiel de prêter attention à tous les petits détails écrits sur la partition, comme la fioriture. En musique classique, cet élément caractéristique des notes de musique désigne les petites figures, symbolisant les notes secondaires, dont la fonction consiste à embellir la ligne mélodique principale. Autrement dit, la fioriture sert à varier et orner une mélodie. En outre, il existe 5 principales ornementations, à savoir l’appoggiature (devant la note), le trille (au-dessus), le trémolo (plusieurs traits parallèles qui coupent la hampe de la note concernée), le mordant et le gruppetto (devant ou au-dessus).

Par ailleurs, ces signes d’ornements restent en dehors de la relation accords-mélodie. Aussi, ils empruntent leur valeur à la note principale qu’ils succèdent ou à celle qui les suit. Après Ludwig van Beethoven, seuls le trille, le mordant et l’appogiature subsistent, car le gruppetto est généralement écrit entièrement. Avec les notes principales, les fioritures constituent la structure rythmique d’un morceau qui sonne bien à l’oreille. Pour les pianistes débutants, il faut plusieurs exercices de solfège afin de déchiffrer facilement et correctement une partition.

X