Étouffoir du piano

Le piano figure parmi les instruments à cordes frappées. Il a été inventé en Italie au XVIIIe siècle par Bartolomeo Cristofori. Parmi les grands pianistes qui ont composé des partitions pour cet instrument de musique, l’histoire retient en particulier Bach, Beethoven, Mozart, Chopin et Schubert.

Le piano acoustique se décline en deux types, à savoir le piano à queue et le piano droit. C’est le modèle à queue qui ressemble le plus aux prédécesseurs du piano moderne, tels que le piano-forte et le clavecin. Plus tard est apparu le piano numérique qui reproduit de façon numérique le fonctionnement du modèle acoustique.

Les pianos acoustiques fonctionnent tous sur le même principe, avec des cordes et des marteaux. Le pianiste appuie sur une touche du clavier, laquelle actionne le marteau qui frappe à son tour sur la corde pour la faire vibrer. Les sons ainsi produits sont encore faibles. La vibration des cordes est ensuite transmise, par l’intermédiaire des chevalets, à la table d’harmonie. Du fait des vibrations de cette partie, un son puissant résonne.

Après avoir compris comment se produit le son d’un piano, il faut maintenant découvrir comment il s’arrête. Le mécanisme d’étouffoir du piano constitue un autre dispositif important de la mécanique de l’équipement. Comme l’indique son nom, il a pour rôle d’étouffer l’émission sonore des cordes. Il s’agit d’un levier amovible recouvert de feutre.

Il existe un étouffoir du piano par touche. Il se lève lorsque le musicien enfonce une touche. Puis, lorsqu’il la relâche, l’étouffoir entre directement en contact avec la corde pour arrêter le son en empêchant les vibrations.

C’est d’ailleurs la levée de l’étouffoir du piano qui procure un certain poids lorsque le pianiste appuie sur une touche. De ce fait, un bon réglage des étouffoirs permet de garantir une meilleure sensation de toucher. Cela a aussi une influence directe sur la sonorité de l’instrument.

X