Transposition

L’orchestre dit symphonique naît au XVIIIe siècle et est issu des instruments à cordes, notamment constitué par un piano, violon, violoncelle et contrebasse. Grâce aux perspectives de Beethoven et Berlioz, il a continué son évolution avec le développement des instruments de musique à bois (hautbois ou saxophone), à cuivre (trompette) et à percussions (Caisse-claire). Au XXsiècle, il se divise en 2 tendances, les grands orchestres qui se composent souvent de 100 instrumentistes et ceux réduits comptant environ 20 musiciens. De nos jours, le grand ensemble musical ne cesse de charmer l’auditoire grâce à l’harmonie qu’il produit lors des concerts. Parmi les concertistes figure le pianiste qui joue une partie soliste dans un concerto.

Cependant, avant d’être rompu aux diverses techniques musicales, chaque pianiste (débutant ou amateur) doit suivre des cours au sein d’une école de musique. Cet établissement musical enseigne les notions de la théorie pianistique, allant du solfège à la maîtrise du jeu d’œuvre musicale. En ce sens, la transposition renvoie à une technique musicale importante à maîtriser. Elle vise à prendre un morceau qui se trouve dans une gamme (majeure ou mineure) et à le déplacer, identiquement, vers une autre. Ici, vous pouvez donc voir un changement de tonalité. D’un point de vue acoustique, une partition transposée disposera d’un ton plus grave ou aigu que l’originale. Cependant, les intervalles mélodiques et harmoniques demeurent les mêmes.

La transposition s’effectue quand un pianiste accompagne un chanteur ayant une catégorie vocale dite mezzo-soprano (tessiture centrale placée entre le soprano et l’alto). Dans ce cas, le pianiste doit baisser, d’un ton, la tonalité d’un air destiné au soprano. Par ailleurs, le musicien peut recourir à cette technique musicale quand les accords s’avèrent trop difficiles à jouer dans la version originale. À noter qu’il existe 3 techniques de transposition d’une œuvre instrumentale, à savoir celle spontanée, par intervalle et par accord.

X